Assurance dépendance

Les personnes sourdes ou malentendantes peuvent demander de l’aide auprès de l’assurance dépendance. Il existe deux types d’aide : les prestations en espèces et les aides techniques (p.ex. sonnette avec flash, réveil avec flash ou vibration, …). Les prestations en espèces servent à compenser les frais supplémentaires dus au handicap. Cet argent permet p.ex. de payer l’interprète en langue des signes.

Les aides techniques facilitent le quotidien des personnes atteintes d’un handicap auditif.

Important: Pas tout le monde reçoit les aides de l’assurance dépendance. L’accord pour l’assurance dépendance dépend du degré de déficience auditive. 

Informations sur la réforme de l’assurance dépendance - 27.07.2016

Depuis longtemps, une réforme de l’assurance dépendance était prévue. Il est prévu que les changements entrent en vigueur le 1 janvier 2017.

Dans le contexte de cette réforme, « Solidarität mit Hörgeschädigten » a adressé en date du 28 avril 2015 une lettre à Monsieur Schneider, Ministre de la Sécurité Sociale. La lettre contenait les propositions suivantes :

Faire les tests auditifs sans appareils auditifs afin d’éviter des injustices
Différencier si le concerné est devenu sourd avant ou après l’acquisition du langage pour prendre en compte l’impact sur le développement du langage
Intégrer des audiogrammes vocaux et des tests de compréhension
Considérer si le concerné peut communiquer d’une façon autonome ou s’il a besoin d’une autre personne
Prendre en compte dans quelle mesure la personne concernée a rencontré des restrictions à apprendre une langue étrangère suite à son handicap (dans le contexte multilingue du Luxembourg)
Évaluation régulière de la liste des aides techniques prises en charge par l’assurance dépendance (selon l’évolution de la technologie).

Dans cette lettre, l’association a aussi demandé un rendez-vous auprès du Ministre Schneider. Une entrevue entre le Ministre, des représentants du Ministère de la Sécurite Sociale, de l’assurance dépendance, LACI, Daaflux et « Solidarität mit Hörgeschädigten » a eu lieu le 1 septembre 2015.

Lors de cette entrevue, il a été discuté dans quelle mesure les personnes déficientes auditives sont « dépendantes » de l’aide d’autres personnes, afin d’avoir droit aux prestations de l’assurance dépendance. La prise en charge des frais d’interprètes par la caisse de maladie, une pratique très répandu à l’étranger, a été discuté. Ce point a été renvoyé aux compétences interministérielles. De même pour la demande d’une éventuelle prolongation du « congé pour raisons personnelles » (p.ex. pour une implantation d’IC ou la phase de réhabilitation). Le ministère de la famille est l’acteur compétent à ce sujet.

Le projet de la réforme de l’assurance dépendance qui a été présenté en juin 2016 implique surtout un grand changement, l’introduction d’un modèle à 15 niveaux. À chaque personne dépendante sera attribué un certain nombre de minutes de soin/aide. Ce nombre de minutes décide du niveau. Le temps qui est attribué à la personne concernée peut être utilisé librement par le prestataire de service (p.ex. infirmier). L’avantage serait que le soin/aide pourrait être mieux adapté aux besoins individuels de la personne. Dans le vieux modèle, la durée de chaque soin/aide était définit. La réforme envisage donc plus de flexibilité et une meilleure qualité des prestations envers les personnes concernées.

Les prestations financières pour les personnes déficientes auditives et les patients atteints de Spina Bifida restent inchangées. Il n’y a pas de changements prévus en ce moment.

La chambre des députés a voté pour la reforme de l'assurance dépendance le 12 juillet 2017. Les dispositions entreront en vigueur le 1.1.2018.